Jean-Sébastien Bach : Son oeuvre inachevée

Auteur: | Catégorie:Musique

On doit l’ « Art de la Fugue » à ce compositeur grandiose. C’est durant les dix dernières années de sa vie que Jean-Sébastien Bach a réduit sa vitesse de composition, qu’il avait maintenue sans arrêt pendant 30 ans.

 

Il a souhaité créer six œuvres gigantesques en y consacrant tout son temps : le deuxième volume du Clavier bien tempéré, les Variations Goldberg, les variations chorales sur le chant de Noël «Von Himmel Hoch», L’Offrande Musicale, la Messe en si mineur et pour finir L’Art de la fugue.

Cela lui permit de rassembler les découvertes et réussites musicales de ses quarante dernières années. Par ailleurs, il put s’enfoncer plus loin dans sa musique en raffinant son langage musical déjà bien étoffé.

Bach, sans aucun donateur pour l’aider à financer ses œuvres, ne récolta que des revenus très maigres et dut lui-même se financer pour quatre de ses œuvres musicales. De son vivant, seulement 30 copies de L’Art de La Fugue ont pu sortir, grâce à ses faibles revenus.

Cette musique a apparemment été initiée en 1742, puis, sa composition fut interrompue de nombreuses fois, pour finalement être poursuivie jusqu’en 1749, sans jamais être achevée.

Enfin, c’est en 1751 et à titre posthume seulement qu’elle fut publiée, où les éditeurs ont souhaité ajouter « Devant ton trône je vais comparaître »  devant cette œuvre incomplète.

Dans celle-ci, figure un thème formé par deux socles fondamentaux où de nombreuses variations s’accumulent, parmi 14 fugues et 4 canons.

Des dilemmes face à cette œuvre magistrale sont alors nés : Comment terminer le morceau ? Pour quels instruments était-il vraiment destiné ? Nul ne le saura.

 

Share this article on Facebook or Pinterest!