Seules les personnes dont le QI est supérieur à 120, voient plus de 6 animaux, combien en voyez-vous ?

Les tests d’illusion d’optique nous permettent de démontrer notre capacité à déceler ce qui se cache derrière une image et il n’est pas toujours chose aisée de le faire. En effet, une illusion d’optique est un mécanisme qui trompe le système visuel et peut mener à une perception erronée de la réalité.




L’illusion est le fruit d’un mauvais raisonnement par le système visuel qui va de l’œil jusqu’au cerveau. Ainsi, avec une analyse erronée, on peut percevoir un objet qui n’existe pas dans une image ou encore ne pas remarquer celui qui y est déjà. Nos yeux et notre cerveau sont donc sollicités mais est-ce que nous verrons au-delà de ce que nous voulons vraiment voir ?

Pour le savoir, pourquoi ne pas mettre à l’épreuve votre vrai sens de l’observation ? Cette image représente des animaux apparents mais aussi d’autres qui sont cachés et qu’il faudrait trouver.

Il est important de savoir que seules des personnes ayant un QI supérieur à 120 ont pu le résoudre.

Sur cette image, il y a 5 animaux apparents : un éléphant, un âne, un chien, un chat et une souris. Pourtant il y en a 13. Pouvez-vous les trouver ?

Faites une seconde tentative avant de défiler vers le bas pour voir la solution.

Voici la solution.




Animaux

Faites-vous partie de ceux qui ont un QI de 120 ? Avez-vous trouvé les animaux cachés facilement ?

Si oui Bravo.

Le traitement de l’information visuelle par le cerveau

La perception des images diffère d’une personne à une autre, même si tout le monde possède la même organisation au niveau de l’œil. Ainsi, différents cerveaux n’ont pas une lecture identique du message nerveux induit par l’observation d’une image.

Comment se fait le traitement de l’information visuelle ?

La perception visuelle est incontestablement importante dans le quotidien puisqu’elle nous permet de traiter et d’entrevoir la signification de ce qui est observé, selon les informations qui nous sont transmises par le biais de notre vue.

Certaines études psychologiques ont permis de démontrer les différentes façons dont certains perçoivent l’information visuelle.

Ainsi, pour le psychologue Richard Gregory, la perception visuelle est liée au traitement, basé sur les concepts, qui nait lorsque nous élaborons notre perception par une vue d’ensemble. Ainsi, nous interprétons ce que nous voyons en fonction de nos attentes, de nos connaissances et de nos expériences antérieures. D’ailleurs, l’une des expérimentations menées par ce psychologue est celle de l’expérience du masque creux.




Il démontre à travers la rotation d’un masque, comment la surface creuse d’un masque peut paraitre saillante en fonction de notre volonté de visualisation, puisque nous recomposons inconsciemment le visage creux en un visage normal.

Par ailleurs, une autre expérience sur les relations de couleur a été élaborée par deux psychologues, Thomas Sanocki et Noah Sulman, afin d’évaluer l’incidence de la couleur sur la mémoire à court terme. Cette expérience a montré que certaines couleurs sont considérées comme harmonieuses et agréables, tandis que d’autres sont associées au chaos et à l’audace.

Sur la base de cette étude, Sanoki et Sulman ont pu démontrer que l’on mémorise mieux les motifs qui comportent des couleurs agréables et harmonieuses et on se souvient mieux des images qui contiennent moins de 2 couleurs.

D’un autre côté, il a été démontré à travers une expérience menée par Kevin Larson et Rosalind Picard que la typographie est susceptible d’avoir un impact sur l’humeur et notre potentiel à solutionner les problèmes. La lecture par exemple de deux articles, l’un avec une version mal faite et un autre avec une version bien faite, a eu pour résultat un engagement plus significatif de la part du groupe qui lisait l’article avec une bonne typographie.

Source: Santé+Mag

 

 

 

Share this article on Facebook or Pinterest!